Technology our Future

Thomas Bigot a échangé ses pinceaux et la peinture pour des pinces et des fils. Sa peinture abstrait sort de la toile pour prendre l’espace comme des lierres qui grimpent les poutres en métal de Lieu-Commun.
Il m’ a expliqué que chaque fil à sa sens et au bout il y a des diodes et des capteurs qui activent des sons et des lumières. Ses gestes ne sont plus aussi fin que sur la toile mais nous voyons un démarche similaire où un geste réponde à un autre. il y a un schéma électrique qui doit s’adapter à l’architecture du lieu qui construit une installation qui lui change les possibilités du lieu auquel nous en tant que spectateur doivent s’adapter.

Là où la conversation est devenue intéressante est les sons et son ambiance qu’il cherche à créer avec cette installation. Thomas m’a parlé du chaos et de noise qu’il entends dans sa peinture. Par contre, moi j’entends un silence dans ces toiles d’un monde vu de loin. Peut être cette installation trouve sa force dans son invitation de rentrer dans le chaos de la peinture. Pour atteindre le silence, il m’a dit, il faut que nous soyons nombreux et que nous nous approchions, là au cœur de l’œuvre.
Ce que l’installation « manque en génie » par rapport à sa peinture, elle compense avec la force de sa présence.

C’est une système

CK

Exposition Art Contemporain Bricodrama 2017 ToulouseRevenir au fil d’actualité du journal Bricodrama

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s